Catégories
Justice:

A connaître ce texte : 3 produits à avoir pour adopter la tendance “avocat”

Voici un tout nouvel article qui va compléter notre revue de presse sur « la justice ».

Son titre (3 produits à avoir pour adopter la tendance “avocat”) condense tout l’éditorial.

Sachez que l’auteur (présenté sous la signature d’anonymat
) est reconnu comme quelqu’un de sérieux pour plusieurs autres encarts qu’il a publiés sur internet.

Vous pouvez prendre connaissance de ces infos en confiance.

Sachez que la date de parution est 2022-07-24 04:30:00.

Depuis ces derniers mois, la tendance est plutôt au naturel. Les femmes privilégient des maquillages nudes au profit de vêtements plus colorés. Mais cela tend bien à changer ! Effectivement, la semaine dernière, la tendance Barbiecore faisait son apparition dans le monde de la beauté. A l’occasion de la sortie du film Barbie avec Margot Robbie et Ryan Gosling, une toute nouvelle tendance mettant à l’honneur le rose bonbon fait son arrivée.

Plutôt voyant ! Mais une autre tendance maquillage audacieuse mais plus discrète et simple vient d’être proposée par Hailey Baldwin. L’épouse de Justin Bieber a partagé cette semaine un cliché d’elle qui a tout de suite fait sensation. La jeune femme apparaît dans une sublime robe bustier en soie vert anis. Ses cheveux sont relevés en chignon pour un look à la fois glamour et élégant.

Côté make-up, elle avait choisi de jouer la carte de l’originalité en associant sa tenue au maquillage de ses yeux. Oui, Hailey Baldwin s’est laissée tenter par un make-up “vert avocat”, comme elle le précise en légende de son post Instagram. Tentée par cette tendance avec les beaux jours ? Sachez que le vert avocat sublime tous les iris (un peu moins les yeux verts à cause de l’effet ton sur ton), et particulièrement les yeux noisette. Et voici quelques produits de maquillage pour adopter à votre tour LA tendance qui fait actuellement sensation sur Instagram.

Palette Ready in 5 Palm Springs de Morphe

La Palette Ready in 5 Palm Springs de Morphe est parfaite pour se créer rapidement de jolis maquillages d’été. Elle comprend des couleurs plutôt simples à porter au quotidien… y compris le vert avocat qu’apprécie tout particulièrement Hailey Baldwin. Palette Ready in 5 Palm Springs, Morphe – 7 euros

Diorshow On Stage Liner de Dior

Si vous maîtrisez davantage l’art de l’eye-liner plutôt que celui du fard à paupières, essayez donc le Diorshow On Stage Liner de Dior. Sa teinte avocado est idéale pour dessiner un œil de biche captivant. Autre particularité de ce produit : il offre un rendu mat très original. Parfait pour l’été, il promet une tenue 24 heures et résiste à l’eau. Diorshow On Stage Liner, Dior – 38 euros

A lire également : 

Eyeliner Rétractable Waterproof de Sephora Collection

Enfin, dernière option pour les plus discrètes : le crayon pour les yeux avocat (plus précisément l’eyeliner rétractable waterproof de Sephora Collection en teinte Matte Mosse) à utiliser en ras de cils inférieurs ou bien de manière très classique pour surligner votre regard. Pensez à estomper le trait à l’aide d’un pinceau pour un rendu fumé. Eyeliner Rétractable Waterproof, Sephora Collection – 9,99 euros

_fbq.push([« addPixelId », « 1643503885895995 »]);
)();
window._fbq = window._fbq || [];
window._fbq.push([« track », « PixelInitialized », ]);

Ouvrages sur un thème comparable:

Dangereuses intentions,Le livre .

Justice divine,A voir et à lire. . Disponible sur internet.

Systèmes juridiques communautaires/L’élaboration du droit primaire,Ouvrage .

Catégories
Justice:

Dernière actu toute fraiche : Le tribunal administratif confirme la fermeture du River’s Pub pour un mois, à Rouen

Voilà un article que notre staff est heureuse de divulguer ici sur notre blog. Le thème est « la justice ».
Le titre suggestif (Le tribunal administratif confirme la fermeture du River’s Pub pour un mois, à Rouen) est parlant.

L’éditorialiste (annoncé sous la signature d’anonymat
) est reconnu comme quelqu’un de sérieux pour plusieurs autres textes qu’il a publiés sur internet.

Cet éditorial peut en conséquence être pris au sérieux.

Texte d’origine :

Le River’s Pub, sur les quais rive gauche à Rouen, va bien rester fermé un mois. Le tribunal administratif a rejeté la requête en référé liberté déposée par le patron de l’établissement, dont le bar est fermé administrativement sur décision du préfet, après un accident mortel survenu en avril. 

Quantité d’alcool trop importante 

La décision prise par le préfet s’appuyait sur l’enquête de police, qui indique que les serveurs de l’établissement ont continué à servir le conducteur et ses collègues alors qu’ils étaient « manifestement ivres » ; une situation considérée comme une infraction, et qui « permet également au préfet de prendre une mesure de police administrative tendant à la fermeture d’un débit de boisson ». C’est ce point que Jean-Luc Lecouteux, patron du bar, réfute. 

Les quantités d’alcool ne sont pas excessives au point de justifier une fermeture administratives qui met 13 salariés sur le carreau – Maître Hervé Suxe

Mais le tribunal administratif a estimé ce vendredi que la quantité d’alcool ingérée par le conducteur et ses deux collègues était suffisante pour justifier leur ivresse. « Un raccourci un peu dangereux » pour l’avocat de Jean-Luc Lecouteux, maître Hervé Suxe. « Ce sont trois hommes qui ont commandé quatre bières, quatre Get 27 et trois coktails, en trois heures. Des consommations qui ne sont pas excessives, et ne permettent absolument pas de justifier l’état d’alcoolémie dans lequel se trouvait le conducteur [après l’accident] ». 

Le conducteur a consommé de l’alcool après être sorti du bar 

L’avocat confirme que le tribunal a souligné que le conducteur a consommé davantage d’alcool après être parti du bar, et avant l’accident. « Mais le juge revient sur le fait que dès lors qu’un bar délivre une quantité importante d’alcool, une fermeture administrative peut être prononcée ». Le River’s Pub restera donc fermé pendant un mois.

Jean-Luc Lecouteux dispose de quinze jours pour interjeté appel devant le Conseil d’Etat. 

fbq(‘init’, ‘188365081922073’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

Publications sur le même thème:

Condamnés à vivre : justice, meurtriers et victimes,Le livre .

Justice impossible,Ouvrage .

Précis de droit pénal et de procédure pénale,Le livre . Ouvrage de référence.

Catégories
Justice:

Decouvrez cette information : Lutte contre les VIF dans le Cambrésis: une chargée de mission prolongée pour 3 ans au tribunal (3/5)

Voilà qui va vous plaire : Un nouvel article que notre équipe vient de relever sur le web et que nous vous produisons ci-dessous. La thématique est « la justice ».

Son titre suggestif (Lutte contre les VIF dans le Cambrésis: une chargée de mission prolongée pour 3 ans au tribunal (3/5)) est sans ambiguïté.

Identifié sous le nom «d’anonymat
», l’auteur est connu et fiable pour d’autres posts qu’il a publiés sur le web.

Vous pouvez de ce fait vous fier aux informations qu’il donne.

L’article a été divulgué à une date indiquée 2022-07-20 00:15:00.

L’article d’origine dont il s’agit :

Depuis août 2021, la juridiction de Cambrai s’appuie sur une chargée de mission dédiée exclusivement à la lutte contre les violences intrafamiliales. Son poste a été pérennisé pour trois ans supplémentaires par le ministère de la Justice.


Article réservé aux abonnés

);FB.Event.subscribe(« comment.remove », function(resp)
if (typeof (fbComment) == ‘function’)
fbComment(resp, ‘delete’);

);

;(function(d, s, id)
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if(d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src= »
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
//–>

Bibliographie :

Efficacité de l’exécution des décisions de justice dans le monde,Le livre . Ouvrage de référence.

La cassation en matière civile,Le livre .

Petit traité de l’écrit judiciaire 2008-2009,(la couverture) .

Catégories
Justice:

Dernière actualité toute fraiche : Les îles du Pacifique demandent à la Cour internationale de statuer sur le climat

Voilà qui va vous satisfaire : Un nouvel encart que notre équipe vient de découvrir sur internet et que nous vous produisons ci-dessous. La thématique est « la justice ».

Le titre séduisant (Les îles du Pacifique demandent à la Cour internationale de statuer sur le climat) est parlant.

Le chroniqueur (annoncé sous la signature d’anonymat
) est reconnu comme quelqu’un de sérieux pour plusieurs autres articles qu’il a publiés sur internet.

L’article a été publié à une date mentionnée 2022-07-17 22:47:28.

Les îles du Pacifique, menacées par le changement climatique, ont demandé lundi un arbitrage de la Cour internationale de justice sur les obligations légales des pays en matière de lutte contre le cha …

Parutions sur un sujet semblable:

De la justice dans la Révolution et dans l’Église/Prologue,Ouvrage .

Le juge et l’avocat,Le livre . Disponible dans toutes les bonnes librairies.

Photographie/Personnalités/H/Pieter Hugo,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

Catégories
Justice:

Regardez cette information : Why I signed that letter denouncing attacks on Justice Thomas

Regardez-cette-information-Why-I-signed-that-letter-denouncing

Voici le principal d’un éditorial que notre équipe vient de repérer sur internet. Le propos va sans aucun doute vous séduire. Car la thématique est « la justice ».

Son titre (Why I signed that letter denouncing attacks on Justice Thomas) est sans confusion.

L’éditorialiste (présenté sous la signature d’anonymat
) est connu et fiable pour plusieurs autres articles qu’il a publiés sur internet.

Les révélations éditées sont de ce fait réputées crédibles.

On July 13, RealClearPolitics published an open letter from Brown University professor Glenn Loury and the founder of The Woodson Center, Robert Woodson Sr., denouncing as racist, ugly and wholly immoral the recent attacks aimed at Justice Clarence Thomas following the Supreme Court’s overturning Roe v. Wade. The letter included the signatures of many notable black Americans. I signed it as well. Here’s why.

My decision was not to defend Clarence Thomas’ political positions or court rulings. I signed the letter to defend a human being who had his complexion weaponized against him for behaving in a manner that political agitators believe is unbecoming for a black man.

One’s view of Thomas’ rulings, on Roe or anything else, should not come into play here. If you believe people should not be singled out for their race, you need to be consistent, even if that forces you occasionally to defend people whom you have labeled as your ideological foes.

Fact is, we’ve become comfortable living with the cancer of partisanship to the point of denying that we are increasingly becoming sicker by the day. We’re enamored with proving how our side is the side of righteousness and the opposition practices devilish behavior, or in the context of race, our side is the side of righteous inclusion, and the opposition practices racial animosity through political subversion.

However, none of this means anything without being consistent in your behavior, not just your rhetoric. Yet those targeting Thomas put political ideology over their supposed commitment to treating everyone fairly, despite his or her race.

For the past couple of years, Americans have been chastised for being unaware of their racism blind spots. The self-appointed arbiters of racial truths among our media point to isolated incidents they claim reflect broad racial problems. Whether we agree is not the point; it’s one’s consistency when racial mistreatment happens to someone whom you despise that matters.

Thomas has received racial abuse after he voted to overturn Roe v. Wade.
Thomas has received racial abuse after he voted to overturn Roe v. Wade.
AP Photo/Patrick Semansky, File

It is supposedly unbecoming for a black person to avoid groupthink in favor of individualism and, the greatest sin of all, to vote for your personal interests instead of everyone else’s. This “undesirable” behavior earns you demonization as a traitorous Uncle Tom or a N – – – – r. You’ll be slapped with those labels for disagreeing with the rhetoric and strategies of those who prejudge us (in this case, expecting us to have left-leaning views) based on our race.

You’re an “Uncle Tom” for not wanting to live your life as a victim of supposed invisible oppressive systems. When you choose to reject racial animosity, you’re marked as a N – – – – r who ignorantly believes we don’t need to hate whites to uplift ourselves.

This letter needed to be written to help address inconsistencies on racism and to bring balance to a chronically imbalanced discussion. If we’re to be a truly “anti-racist” society, we should speak up just as loudly when someone we politically despise is racially abused. Doing what’s right has no political suggestion.

No one in or out of politics should have their identity questioned because they think differently than the majority of their ilk. You also cannot claim to be for a more racially fair society and then admonish those who find love across racial lines.

Clarence Thomas having a white wife doesn’t make him less black, just as Justice Ketanji Brown Jackson having a white husband doesn’t make her less black. If one day Justice Jackson were to issue a ruling and Republicans openly uttered racial slurs toward her, I’d be just as outraged and would sign a similar letter rebuking their behavior. This is called being consistent.

The same progressives who claim to be allies of black Americans and warriors for social justice revel in displaying their hatred of a “misbehaving” black man. The treatment of Clarence Thomas has allowed many to see what I’ve been seeing for many years: Our progressive allies have been holding their hands behind their backs while concealing their dagger until we step out of line.

Adam B. Coleman is the author of “Black Victim To Black Victor” and founder of Wrong Speak Publishing.

Ce thème vous a intéressé vous adorerez beaucoup ces parutions:

Dictionnaire de théologie catholique/JUSTICE (Vertu de) I. Notion et nature de la justice,Ouvrage .

La parole contraire,Clicker Ici .

Philosophie/Nietzsche/La moralité des mœurs,(la couverture) .

Catégories
Justice:

Infos toute fraiche : ‘Clean Slate’ Justice Laws Offer a Second Chance—Only to Some

Dans le cadre de notre tâche d’information, nous publions ci-dessous un texte vu sur internet aujourd’hui. La thématique est «la justice».

Le titre (‘Clean Slate’ Justice Laws Offer a Second Chance—Only to Some) est évocateur.

Annoncé sous le nom «d’anonymat
», le rédacteur est reconnu comme quelqu’un de sérieux pour d’autres encarts qu’il a publiés sur internet.

Vous pouvez ainsi vous fier aux infos qu’il publie.

Clean slate laws are sweeping the country, offering many of the estimated 70 to 100 million people with a criminal record the chance to have their record expunged. The benefits seem straightforward: Making a criminal record no longer publicly available should reduce housing and employment discrimination. The policy aims to give people a second chance, especially those who were unfairly targeted to begin with. Expungement has largely been framed as a way to address the errors of a legal system rooted in racial hierarchies and discrimination.

Key to this new wave of legislation is the effort to make expungement automatic by shifting the burden to the state rather than the person with the record, and automating the process as much as possible using technology. These policies are a welcome relief against onerous expungement processes, like inefficient, confusing, and expensive court petitions that caused most people to drop out of the expungement process or never try at all, creating a “second chance gap.” One study in Michigan, for instance, found that only 6.5 percent of people eligible for an expungement successfully completed the process. By making the process both automatic and automated, many hope that expungement can reach more people, particularly those who can’t afford an attorney, or who understandably do not want to reengage with the court system even for record-sealing purposes. Over a dozen states have implemented automatic record clearance, including eight states that authorize automatic relief for cannabis-related convictions.

Unfortunately, many states lack the data infrastructure necessary to effectively seal criminal records. A massive backlog in California has left tens of thousands of people who are legally eligible for record clearance still waiting. And new research in California—whose clean slate law, AB 1076, automates the expungement process for people arrested after January 2021— shows that these promising new laws may have the unintended consequence of increasing racial inequality because of how narrowly they’re written. People with more serious records or repeated contacts with the criminal legal system are often excluded from clean slate policies. But the issue of who has a more serious criminal record is deeply structured by the race, neighborhood, and income of the person who is arrested and charged.

Clean Slate laws have received broad bipartisan support. But making laws politically palatable to both sides of the aisle can result in narrow policy. And while advocates point out the common sense benefits of criminal record expungement, public opinion for expungement is mixed: One recent public opinion survey found that nearly 55 percent of respondents were opposed to expungement on the grounds that having public access to criminal records “keeps communities safe.” But the same study showed that less than 15 percent of respondents felt a person should never be able to get an expungement, with support for record clearance policy rising for property and substance-related offenses and after a person has remained crime-free for seven to ten years. Both the dominant political framework and public opinion have encouraged expungement policy for only low-level, nonviolent crimes and for those who have proven they can remain crime-free.

The violent/nonviolent crime dichotomy is a bit complicated: Many states deem a broad variety of offenses as violent, including things most people would consider nonviolent, like burglary, drug crimes, and embezzlement. And “crime-free” is a more nuanced concept than we often think. For the purposes of record clearance policy, criminal behavior is often measured by new arrests or criminal charges and convictions. But living in an overpoliced neighborhood can lead to an increased likelihood of being stopped by police.

New research from California looked at over 2 million Californians who have been arrested at least once. Black people were more likely than other race groups to have been convicted of a criminal charge (87.3 percent, versus 79.4 percent of total), and of those convicted, were more likely to have a felony record (73.3 percent versus 58.1 percent of total). 40 percent of Black people are barred from expungement due to the type of crime, compared to 26 to 31 percent of people in other race groups. This means that a disproportionate share of Black people have a felony conviction that disqualifies them from expungement. Even among people with felony records in other race groups, Black people were less likely to have a conviction that fit the criteria and were much more likely to have been sentenced to prison for their conviction, rendering even more people ineligible for record clearance.

“What our study shows,” study authors Alyssa Mooney, Alissa Skog, and Amy Lerman told me in an email exchange, “is that automating record clearance alone is not going to be sufficient to reduce racial disparities in who has a criminal record. … What will be needed to actually reduce the racial gap in criminal records is a policy change that extends record clearance eligibility to a wider range of cases. This isn’t a technology problem; it’s a political problem.”

Publications:

Droit du travail/La représentation collective des salariés,Ouvrage . A emprunter en bibliothèque.

Les Écrivains/La littérature en justice,Le livre .

Zoopolis,(la couverture) .

Catégories
Justice:

Sur internet : Taha Bouhafs veut « laver son honneur » selon son avocat

Voici le principal d’un article que nous venons de relever sur le web. Le sujet va bien vous intéresser. Car la thématique est « la justice ».

Son titre (Taha Bouhafs veut « laver son honneur » selon son avocat) est sans ambages.

Annoncé sous la signature «d’anonymat
», l’éditorialiste est connu et fiable.

Il n’y a pas de raison de douter de la fiabilité de ces révélations.

Sachez que la date de publication est 2022-07-08 03:19:00.

Dans « Apolline Matin » ce vendredi sur RMC et RMC Story, Me William Bourdon, avocat de Taha Bouhafs, dénonce les manquements de la procédure interne de La France insoumise après les accusations de violences sexuelles qui ont conduit au retrait de sa candidature aux législatives.

Savoir de quoi il est accusé et pouvoir s’expliquer. C’est ce que demande Taha Bouhafs à La France insoumise, après que sa candidature aux législatives a été retirée début mai, d’abord en raison des attaques racistes qu’il subissait, avant que des accusations de violences sexuelles soient dévoilées par La France insoumise deux jours plus tard. Il réclame d’être entendu dans le cadre de cette procédure interne.

« Ce jeune homme, formidable, s’est comporté avec une dignité impeccable, et ce n’est pas le cas de tout le monde, explique son avocat, Me William Bourdon, dans ‘Apolline Matin’ ce vendredi sur RMC et RMC Story. Il a conservé le silence, il s’est mis de côté, il s’est sacrifié dans l’intérêt collectif du mouvement. Ça a été extrêmement violent et dur pour lui. Dans ce genre de circonstances, ceux qui font l’objet de soupçons embrassent très facilement des postures victimaires, ‘persécutives’, attaquent leurs accusatrices, les médias, les juges… Il a attendu que les élections se terminent pour dire quelque chose d’extrêmement simple : j’ai été victime, j’ai fait l’objet d’une peine qui ne dit pas son nom. Une mesure de bannissement, d’ostracisation, comme il l’a subi, c’est une forme de châtiment, une forme de peine qui ne dit pas son nom. Il dit donc : j’ai fait l’objet de cette peine sans avoir bénéficié du respect des principes élémentaires d’une procédure interne. Ce qu’il demande aujourd’hui, avec beaucoup de dignité et de force, c’est de savoir de quoi il est accusé, pour pouvoir s’expliquer. Je précise que dans les régimes tyranniques ou despotiques, la caractéristique, c’est qu’on est accusé sans savoir de quoi on est accusé. C’est le pire. »

« Un avatar de procédure »

Selon Me William Bourdon, la décision d’écarter Taha Bouhafs a été prise dans « un avatar de procédure » de la part de LFI. « Le point essentiel, c’est que d’évidence, il y a eu une espèce de précipitation de la part d’un certain nombre de partis, poussés par une vague citoyenne, par une exigence de vigilance tout à fait légitime et compréhensible, pour se doter de procédures de filtrage. Je ne suis pas hostile à cela. Mais tout cela s’est fait dans un tel bricolage que ça a conduit à des modalités de procédure qui sont très peu respectueuses des principes d’un procès équitable », souligne l’avocat de Taha Bouhafs, qui s’étonne qu’aucune plainte n’ait été déposée et du rôle de Clémentine Autain.

« Clémentine Autain ne fait pas partie du comité (de suivi contre les violences sexistes et sexuelles, ndlr). Elle n’est pas supposée avoir eu connaissance des éléments, donc sur quoi se base-t-elle ? Si c’est si grave, comment expliquer que cette jeune femme, qui a fait ce signalement, n’ait pas déposé plainte ? Comment expliquer, si elle a été victime de quelque chose qui a été très sévère, qu’elle n’ait pas été dans une évidente cohérence jusqu’au bout ? Je pose la question. Je dis que ça interroge, de la part d’une jeune femme qui fait ce signalement qui provoque, comme l’a dit Jean-Luc Mélenchon d’ailleurs, une forme de mort sociale. Ce jeune homme a dérouillé très durement. Il a subi une dépression très rude, les gens lui ont tourné le dos. Il a été ostracisé. Je ne souhaite à personne de subir ce qu’il a subi. Le fait qu’il n’y ait pas eu de plainte pénale, pas d’article 40 de la part de personnes qui avaient le droit, sinon le devoir, de le faire, interroge. Et donc ça accentue ce décalage entre une justice politique expéditive et cette situation de non-droit dans laquelle il se trouve. On se trouve devant un casse-tête, une situation ubuesque. Il faut reprendre de fond en comble toute cette procédure. Taha Bouhafs essuie les plâtres. Il demande d’être entendu pour s’expliquer et laver son honneur et sa réputation. »

Livres sur un thème proche:

De la justice dans la Révolution et dans l’Église/Quatrième Étude,Le livre .

La Justice,Clicker Ici .

Photographie/Personnalités/B/Bruno Braquehais,Ouvrage .

Catégories
Justice:

Infos pour les passionnés : Aklea : votre cabinet d’avocats, votre partenaire de confiance

Kartellrecht-in-der-Due-Diligence

Je vous révèle un nouvel article qui va grossir notre revue de presse sur « la justice ».

Son titre séduisant (Aklea : votre cabinet d’avocats, votre partenaire de confiance) parle de lui-même.

Annoncé sous la signature «d’anonymat
», l’écrivain est connu et fiable.

La date de publication est 2022-07-04 03:03:00.

Voici lle texte mentionné :


Présent tout au long de la vie des entreprises, le cabinet Aklea sait apporter des solutions stratégiques et pragmatiques à ses clients lors de leur installation, dans le cadre de leur développement et dans leur quotidien opérationnel. 

Une équipe pluridisciplinaire

Depuis sa création, Aklea est devenu un cabinet de premier ordre, qui ne compte pas moins de 9 associés (4 femmes, 5 hommes), 20 collaborateurs avocats et 21 salariés. 

Très soudée, l’équipe apporte son expertise dans différents domaines du droit : concurrence – distribution – consommation, contrats commerciaux, compliance, social, PI, IT, RGPD, droit des affaires, financement, fiscalité des entreprises du patrimoine, environnement, énergie renouvelable, immobilier et mécénat. La force d’Aklea est de pouvoir s’appuyer sur des équipes pluridisciplinaires permettant de proposer à ses clients un accompagnement dit à « 360 ». 

Une clientèle diversifiée

Aklea a la chance d’intervenir auprès d’une clientèle française et étrangère, diversifiée et sur la durée (START-UP, PME/ETI, groupes français et internationaux, dirigeants d’entreprise, fonds d’investissement) et dans de nombreux secteurs d’activités (fintech, assurance, distributions, industrie pharma, agro-alimentaire, engineering et conseils, services à la personne, industrie, commerce, service de l’automobile, mobilité durable, transition écologique et énergétique, santé, médias, communication, HCR, retail, foodtech, énergie, immobilier semi-conducteurs, support activités oil & gas).

Aklea accompagne autant les entreprises que ses dirigeants puisque la création d’une entreprise représente aussi un projet de vie, dans lequel les questions patrimoniales, assurantielles et de transmission ont toute leur importance. 

Un mode opératoire adapté

Aklea travaille sur les projets de ses clients sous un format « conduite de projet » (définition de la feuille de route et de l’objectif souhaité, détermination de la stratégie et des différents enjeux, risques, et accompagnement opérationnel dans la mise en œuvre du projet). La philosophie du cabinet et l’envie du collectif n’est pas uniquement de prodiguer un conseil juridique mais également d’être dans l’opérationnel au côté de ses clients. 

L’approche entrepreneuriale et la conduite projet permettent au cabinet d’avoir à la fois l’agilité et les codes nécessaires pour intervenir auprès de grands groupes et l’expertise appliquée de façon pragmatique aux clients qui débutent et/ou qui souhaitent développer leur activité. C’est d’ailleurs dans cet état d’esprit entrepreneurial que le cabinet Aklea est devenu un partenaire de l’incubateur EM Lyon et accompagne les jeunes sortis de l’école dans leur projet professionnel (création de leur start up). 

Le collectif au cœur de la relation client

Le métier d’avocat est largement individualiste. Dès sa création, Aklea a eu pour philosophie et objectif de créer une véritable entreprise et non une structure regroupant des individualités. Le travail en équipe et la vision transversale proposée par Aklea constituent les socles de son identité. Le cabinet sait également s’entourer de professionnels de confiance sur d’autres domaines d’expertises (notaires, généalogistes, experts comptables, cabinets de gestion de crises, psychologues) ce qui lui permet d’avoir une vision stratégique et globale dans le cadre de la conduite des dossiers. 

Le réseau Law Firm Alliance

Présent dans 18 pays du monde, le réseau Law Firm Alliance regroupe une cinquantaine de cabinets d’avocats. Aklea fait partie de ces derniers, ce qui lui permet de partager et de bénéficier de l’expertise de ses confrères sur la législation étrangère. Cette collaboration est particulièrement efficace et utile pour les clients qui souhaitent se développer et s’implanter à l’étranger. 

Le réseau permet aux clients du cabinet de gagner du temps dans les processus d’implantation par un accès rapide à la connaissance de la législation et aux us et coutumes du pays concerné, délivré par un professionnel de confiance, tout en étant garanti du bon suivi du dossier par Aklea dans le cadre des étapes de développement et d’implantation à l’étranger.

Une mutation du métier d’avocat

L’avocat a vu son métier fortement évoluer ces dernières années. Les professionnels du droit doivent faire face à un droit de plus en plus complexe avec une forte augmentation de l’aspect réglementaire tant au niveau français, européen qu’international. Il est aujourd’hui indispensable d’avoir une approche de services ultra spécialisés et personnalisés pour les entreprises, et de savoir être innovant dans la façon d’appréhender les offres.

Aklea est particulièrement attentif aux perpétuelles mutations législatives et sociétales et se trouve en mesure d’identifier pour ses clients les sujets de demain et de les accompagner dans les changements et mutations à initier. 

La satisfaction du cabinet 

Depuis plus de 10 ans, Aklea a su développer son approche pluridisciplinaire et très spécialisée lui permettant de développer une relation de confiance auprès de ses clients, dont certains depuis de nombreuses années, avec des offres full services. Aklea est fier du lien qu’il a su créer avec ses clients, d’être en mesure de les accompagner dans leur projet de développement mais également de pouvoir être présent pendant les périodes plus difficiles. Cet accompagnement personnalisé ne peut se faire sans le sens du collectif que le cabinet a su insuffler aux équipes. 


Ce objet vous a fasciné vous apprécierez beaucoup ces parutions:

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Justice (place du Palais-de-),(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

Le banquier de Lucifer,Ouvrage .

Reste la justice…,Ouvrage .

Catégories
Justice:

Ca se propage sur internet : Hénin-Beaumont et Béthune : une relation « toxique » devant le tribunal

Does-a-Subject-Based-Approach-Trigger-Canadas-Positive-Extraterritorial-Obligations-–

Sur cette parution, un nouvel encart qui va couronner notre revue de presse sur « la justice ».

Son titre suggestif (Hénin-Beaumont et Béthune : une relation « toxique » devant le tribunal) est évocateur.

L’écrivain (annoncé sous la signature d’anonymat
) est positivement connu pour plusieurs autres papiers qu’il a publiés sur internet.

La crédibilité est par conséquent importante concernant ce post.

L’article a été édité à une date notée 2022-07-03 03:30:00.

M. S. serait passé de « l’homme parfait » au conjoint manipulateur et violent. Il a été jugé ce jeudi au tribunal correctionnel de Béthune, en son absence. Sa victime, elle, a témoigné. Sanction : dix …

A lire:

Confidences d’un maton,Clicker Ici . Disponible dans toutes les bonnes bibliothèques de votre département.

Images de la justice: Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen âge à l’âge classique,Le livre .

Traité d ‘entomologie forensique-les insectes sur la scène de crime,Clicker Ici . Disponible dans toutes les bonnes bibliothèques de votre département.

Catégories
Justice:

Sur le web : How Justice leaders Rosen, Donoghue and Engel held the line against Trump in the run-up to Jan. 6

New-Issue-ECHR-Law-Review

Voilà qui va vous satisfaire : Un nouvel éditorial que nous venons de repérer sur le web et que nous vous produisons ci-dessous. La thématique est « la justice ».

Le titre (How Justice leaders Rosen, Donoghue and Engel held the line against Trump in the run-up to Jan. 6) est évocateur.

Identifié sous la signature «d’anonymat
», le pigiste est connu et fiable.

La confiance est de ce fait sérieuse concernant cet éditorial.

L’encart a été édité à une date notée 2022-06-25 04:00:00.

Voici lle texte :

The three found themselves standing up to Trump as he waged a relentless campaign to have the Justice Department help subvert Biden’s election.

Ouvrages sur un thème proche:

Appel à la justice de l’État/Introduction,Le livre . Disponible dans toutes les bonnes librairies.

Histoire du droit pénal en Europe,Le livre .

Survivre à l’enfer,A voir et à lire. .