Catégories
Justice:

A découvrir ce texte : What Kavanaugh gets wrong about the Supreme Court and politics

Ce post ayant pour thématique « la justice » se propage sur internet, nous avons projeté de vous le communiquer plus bas.

Son titre (What Kavanaugh gets wrong about the Supreme Court and politics) parle de lui-même.

L’éditorialiste (annoncé sous la signature d’anonymat
) est positivement connu pour plusieurs autres textes qu’il a publiés sur le web.

Les infos divulguées sont par conséquent réputées véridiques.

La date de parution est 2022-08-15 04:00:00.

Placeholder while article actions load

In Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization, where the Supreme Court overruled Roe v. Wade and eliminated the constitutional right to have an abortion, Justice Brett M. Kavanaugh delivered a concurring opinion putting a new spin on an old precept. He wrote that when, as in the instance of abortion, the text of the Constitution is silent and therefore neutral, the court must also be neutral and leave the issue to the democratic political process.

But history suggests otherwise. In fact, it shows that the court has never followed such a rule and, in fact, doing so could have led to far worse outcomes in some cases.

During the 18th century, up to the time of the 1787 Constitutional Convention, judges like other officeholders were merely government officials who made both legal and political decisions. In the mid-1760s, judges in several colonies held the British Parliament’s Stamp Act null and void and unenforceable. Judges in one Virginia county, for instance, ruled that the Stamp Act “did not bind, affect, or concern the inhabitants of this colony, inasmuch as they conceive the same to be unconstitutional.” In the midst of dramatic political conflict over Parliament’s policy to tax the colonies, these decisions had no doctrinal basis on which lawyers could agree and thus became part of the political conflict.

Independence did not raise judges above the political thicket. Instead, they quickly weighed in on the validity of legislation determining the rights of Loyalists who had supported Britain during the American Revolution. Again, their decision got swept up in the political debate over what should happen to Loyalists because there was no broadly accepted precedent about how to treat supporters of an established regime in a revolutionary conflict and the public was sharply divided.

As late as 1786 in Trevett v. Weeden, the Rhode Island Supreme Court made a decision to hold unconstitutional legislation making depreciated paper money legal tender for the payment of debts. The judges waded into an intense conflict that had been waged through the political process and the press, invalidating what the winners had believed was a final legislative decision.

At the Constitutional Convention, an issue arose about how to ensure consistency of state and federal law. James Madison proposed that states submit their legislation to Congress, which would have power to veto it. But his fellow delegates rejected his proposal in favor of review of the legislation by the Supreme Court. During debate on the issue no one suggested that Congress would determine the validity of state law any differently than the court would. Indeed, in discussing Madison’s proposal, Alexander Hamilton referred to the congressmen who would determine whether to invalidate state law as “judges”; he saw no distinction between Congress as a political institution and the judiciary as divorced from politics.

In short, at the founding the idea that law was separate and distinct from politics had not yet emerged. But everything changed in Marbury v. Madison in 1803.

Before President John Adams left office in 1801, he appointed a slew of Federalist judges. The incoming president, Thomas Jefferson, and many fellow Democratic-Republicans were concerned that these judges would behave politically — as judges had traditionally done. Jefferson himself was studying law at the time of the Stamp Act controversy and probably knew of at least some of the cases holding the act unconstitutional. He understood the political motivations behind the rulings and how decisions could get swept up in politics.

In the chaos at the end of Adams’s term, acting secretary of state John Marshall did not deliver the commission of one of the judges, William Marbury. When Marbury sued to obtain delivery of his commission after Jefferson entered office, the Supreme Court found itself in the midst of political controversy. It had to decide whether Adams’s appointees, some of whose offices Congress had abolished by 1802 legislation, were entitled to their seats. The court’s ruling in Marbury suggested they were.

But Chief Justice John Marshall understood that Jefferson and Congress, with widespread public support, would disobey any court order authorizing the judges to sit. Finding in favor of the judges, therefore, risked permanently weakening the new court, because the political branches would simply ignore its rulings and thereby display how little real power the court possessed. Marshall accordingly declared that he would decide only matters of law and not address political disputes such as whether to seat Adams’s judges. By resting its decision in Marbury and a companion case on narrow procedural grounds, the court avoided the traditional political behavior of 18th-century judges.

Marshall’s determination to steer the court away from political confrontation stood in contrast to his successor as chief justice, Roger B. Taney. Infamously, in the 1857 case of Dred Scott v. Sandford, Taney adopted Southern political arguments about slavery. The decision fomented immense opposition that contributed to the 1860 election of Abraham Lincoln as president, which, in turn, helped drive the United States toward civil war.

Taney’s Dred Scott opinion didn’t leave a divisive issue to the voters. Instead, it picked a side. As a result, the chief justice stoked the political conflict over slavery, instead of providing a solution to the issue. When the political process also did not resolve it, nothing remained but an appeal to violence.

Normally the Supreme Court can stay out of trouble, as Kavanaugh urges it should, by not challenging, as Dred Scott did, the views of a majority of Americans. History suggests, however, that sometimes the court needs to take a political stand because the alternative is worse. Two cases are especially noteworthy.

Brown v. Board of Education of Topeka was one. It was becoming clear to most Americans by the 1950s that statutorily mandated racial segregation had to be ended, preferably sooner rather than later. Because of the committee structure of Congress and the filibuster in the Senate, which gave Southern legislators outsize power, it also was clear that the political process would not end it. Only the Supreme Court could do it. The justices knew that ending segregation would produce profound political opposition, but they nonetheless made the judgment to do so — a judgment that nearly everyone today agrees was right. While their decision provoked fierce backlash and disobedience in the South, including calls to neuter the court in some fashion, it also paved the way after nearly a century for progress toward realizing the intentions of the 14th Amendment’s Equal Protection Clause.

Bush v. Gore was another case, albeit a very different one, in which the court intervened in a political conflict, this time over the results of an election. It could have left the case in the jurisdiction of the Florida Supreme Court, which probably would have issued rulings in favor of Vice President Al Gore. Doing so might have avoided charges that Republican appointed justices were handing the presidency to the Republican candidate, George W. Bush. Yet, history has proved the decision to end the recount in Florida wise for three reasons.

First, the evidence indicated that Bush won Florida, albeit by a narrow margin. Secondly, had the court stayed out of the case, the lack of clarity over the election results might have continued until the House of Representatives decided the issue in mid-January, which would have produced political chaos. Finally, the House probably would have selected Bush anyway. Although all these facts were not clear at the time, the court in retrospect prevented political chaos and supported the democratic political process.

These cases expose how Kavanaugh’s attempt to craft a hard and fast rule about not intervening in political conflict is problematic and ahistorical. Especially when, as may be true in Dobbs, a decision perceived as political arouses the ire of a majority of Americans, it makes sense to steer clear of politics. Otherwise, the court risks weakening its legitimacy and power, and pushing the nation toward chaos.

But the court cannot always do so. The difficulty of amending the Constitution puts pressure on the court to maintain, as Justice John Marshall Harlan wrote in dissent in Poe v. Ullman, a political balance “based on what history teaches are the traditions from which it [the country] developed as well as the traditions from which it broke.” The stature of the court and the peace of the nation depend on the justices making judgments that are not inconsistent with the directions in which civil society is trending — even if that means risking many Americans perceiving them as political. It remains to be seen whether the majority opinion that Kavanaugh joined in Dobbs did just this, but it is clear his rationale misreads the lessons of history.

Parutions:

Dieudonné, la parole est à la défense !,Le livre .

Les Gaietés/Plainte portée à la Cour de Justice, contre un Homme sans honneur, par une Femme délicate et passionnée,Clicker Ici .

Photographie/Sociétés et Organisations/Éditeurs de cartes postales/H.L.M.,Ouvrage . A emprunter en bibliothèque.

Catégories
Justice:

Ne manquez pas ce papier : Tribunal de Saint-Étienne « Vous avez risqué de tuer des gens pour un défaut de permis

A nouveau, ce site va porter à votre connaissance un texte qui circule sur le web. La thématique est «la justice».

Le titre (Tribunal de Saint-Étienne « Vous avez risqué de tuer des gens pour un défaut de permis) parle de lui-même.

Présenté sous la signature «d’anonymat
», le journaliste est positivement connu.

Les informations publiées sont donc présumées véridiques.

L’éditorial a été diffusé à une date indiquée 2022-08-14 09:00:00.

Sans permis, il veut échapper aux policiers et provoque un accident en forçant le passage à d’autres automobilistes sur l’autoroute A47. « À un moment, il y aura un homicide… », prévient le procureur.

Publications sur un thème semblable:

Finances locales/Les procédures se rapportant à l’exécution des budgets locaux,Le livre .

Juger, être jugé,Le livre . Disponible dans toutes les bonnes librairies.

Rendre (la) justice,Le livre . Ouvrage de référence.

Catégories
Justice:

Dernière actualité toute fraiche : Ten years on, S.Africa awaits justice for slain striking miners

Derniere-actualite-toute-fraiche-Ten-years-on-SAfrica-awaits

Dans le cadre de notre vocation d’information, nous publions ci-dessous un post vu sur le web ce jour. La thématique est «la justice».

Le titre suggestif (Ten years on, S.Africa awaits justice for slain striking miners) parle de lui-même.

Sachez que l’auteur (identifié sous le nom d’anonymat
) est connu et fiable pour plusieurs autres articles qu’il a publiés sur le web.

Les infos publiées sont de ce fait perçues véritables.

L’article :

A decade after her 30-year-old brother was killed when South African police opened fire on miners striking for better wages, Nolufefe Noki is still no closer to obtaining justice.

Mgcineni ‘Mambush’ Noki had become the face of the 2012 protests at the Marikana platinum mine northwest of Johannesburg, known as the « the man with the green blanket ».

Leading from the front, he addressed thousands of fellow mineworkers with a commanding raised fist, a green blanket wrapped around his shoulders until the day he was struck dead.

The shootings, which killed 34 people in total and wounded 78 more on August 16, 2012, were the bloodiest police crackdown since the end of apartheid in 1994.

But Noki’s sister says she is still waiting for answers as to what exactly occurred that day.

« We don’t know what happened, » the 42-year-old said, speaking inside the family home in Mqanduli, a village in the south of the country.

All she knows is that the police arrived to break up the wildcat protest on a hill, and then « many people were killed ».

Television footage that day of police opening fire on protestors, raising a crest of dust at the foot of the hill, shocked South Africa and the world.

The violence evoked memories of apartheid-era police killings.

An official inquiry blamed the deaths and injuries on police « tactics », recommending that those responsible be investigated and prosecuted.

– ‘Government doesn’t care’ –

But a decade on, the Independent Police Investigative Directorate, a police watchdog, said the case was « still under investigation ».

The country’s solicitor general, Fhedzisani Pandelani, said only around half of all claims made for compensation have been paid out.

« It’s regrettable that we sit here and discuss things that happened 10 years ago, » he said.

For survivors and the families of victims, the memories are still agonisingly fresh.

When Noki’s remains were returned home, 1,000 kilometres (600 miles) away in the south of the country, his sister says she was unable to properly say goodbye.

« I was told I couldn’t see him, because he was too badly hurt, » she said in Mqanduli, where green hills stretch as far as the eye can see.

« I still have a lot of pain. »

Many of the workers in South Africa’s platinum mines come from remote parts of the country such as Mqanduli, only returning home for the Christmas holidays.

Noki was buried on a nearby hill, where his grave is now overgrown with grass.

But his family is still too traumatised to pay their respects at the burial site.

Fellow striker Mzoxolo Magidiwana, 34, was shot nine times during the same police crackdown, but survived.

He secured a pay increase, and today lives in a single room provided by his employer in a township near the hill where the miners were shot.

« The government doesn’t care about us, » Magidiwana said.

« It’s 10 years now, our lives would have long changed for the better. Instead, our lives have become worse. »

– ‘Where is accountability?’ –

Tensions had been brewing for days before the shootings at the Marikana mine.

Strikers were unhappy with their representation, as two separate unions vied to take centre stage, and workers who didn’t join the strike had been harassed.

Ten people had already died since the start of the protest.

Aisha Fundi says striking workers killed her husband Hassan, a mine security guard.

As part of reparations, the 49-year-old mother of two boys was offered a job at the mine, but she says that isn’t enough.

« Me and my kids want to see justice, » she said.

She says she still does not know who killed her husband, and fears that they could be working alongside her.

She is also yet to receive any compensation.

President Cyril Ramaphosa, a non-executive director of the mine at the time, was exonerated of any wrongdoing in the killings, after he called for a crackdown on the strikers.

Miners, activists and opposition groups want Ramaphosa to apologise.

On May Day this year, he was forced to abandon a rally speech and bundled into an armoured police vehicle, after miners shouted him down in Rustenburg, a large town near Marikana.

Sociology researcher Trevor Ngwane said victims and their relatives lacked closure.

« There hasn’t been justice, » he said.

The community in « Marikana is still traumatised ».

Onkgopotse JJ Tabane, a political commentator, at a memorial speech this week said the Marikana incident remained « an open grave ».

« Where is the accountability? » he asked.

bur-sn/ah

Vous aimerez aussi:

Astérix/Assurancetourix, le barde,Clicker Ici . Disponible dans toutes les bonnes bibliothèques de votre département.

La procédure pénale,(la couverture) .

Philosophie/Une brève introduction/Bilan,Le livre .

Catégories
Justice:

Article tout frais : Près d’Elbeuf, il est « abonné » à la conduite sans permis et au tribunal

Article-tout-frais-Pres-dElbeuf-il-est-abonne-a

Un fois de plus, ce site va vous dévoiler un post qui se propage sur le web. Le thème est «la justice».

Son titre séduisant (Près d’Elbeuf, il est « abonné » à la conduite sans permis et au tribunal) est évocateur.

Identifié sous la signature «d’anonymat
», l’écrivain est reconnu comme quelqu’un de sérieux.

Les informations éditées sont de ce fait considérées valables.

Multirécidiviste de la conduite sans permis, l'homme jugé à Rouen vendredi a écopé d'une nouvelle peine de prison.
Multirécidiviste de la conduite sans permis, l’homme jugé à Rouen vendredi a écopé d’une nouvelle peine de prison. (©JB/76actu/Illustration)

Un multirécidiviste de 32 ans a été condamné, vendredi 5 août 2022, par le tribunal correctionnel de Rouen pour avoir commis un énième délit de conduite sans permis (mais pas seulement).

Au volant, sans permis mais avec du cannabis

Le 2 août 2022, en milieu d’après-midi, alors que les policiers patrouillent sur la route de Louviers à Caudebec les Elbeuf (Seine-Maritime), leur attention est attirée par une Renault Scénic « redémarrant brusquement et venant se stationner en chevauchant deux places de parkings », relate la présidente du tribunal.

Intrigués, les fonctionnaires se rapprochent du véhicule en vue d’un contrôle routier. C’est alors que ces derniers voient le conducteur « se débarrasser d’un petit sachet blanc ». Ils découvrent que le sachet contient près de 56 grammes de cannabis.

Pris sur le fait, le conducteur reconnaît être le propriétaire du sachet et avoue aux policiers ne pas être titulaire du permis de conduire. Soumis à un dépistage salivaire, l’homme est positif au cannabis, qu’il reconnaît consommer régulièrement.

Placé en garde à vue, le mis en cause s’explique : « J’ai conduit le véhicule d’un ami qui était ivre pour le déposer à son auto-école qui se trouvait à 300 mètres à peine de chez lui ». 

Déjà condamné sept fois pour des faits similaires

Déféré en comparution immédiate, Mohamed* est un habitué des prétoires, « avec pas moins de 18 mentions à son casier judiciaire dont sept mentions pour des faits similaires ou identiques » énumère la présidente.

Interrogé sur les derniers faits en date, le prévenu explique : « Je n’ai jamais eu le permis de conduire, je souhaite l’obtenir, je vous demande seulement une dernière chance, je regrette ce que j’ai fais, je veux une vraie vie ».

Vidéos : en ce moment sur Actu

Le tribunal n’en reste pas moins dubitatif : « Ça commence à faire beaucoup de condamnations sur votre casier Monsieur, vous ne pensez pas ? ». Et le procureur de poursuivre : « Vous savez ce qu’est un sursis probatoire, vous savez que la première des obligations est de ne pas commettre de nouvelles infractions, pourtant huit mois après votre dernière condamnation, on vous retrouve encore une fois dans ce box », se désole-t-il.

Pour le ministère public, les faits sont « dramatiquement simples. Le prévenu est un abonné du tribunal correctionnel, pourtant la justice lui a tendu la main à de multiples reprises en vain ». Il estime que les faits « commis en flagrant délit et en période de probation » sont parfaitement établis et qu’au vu de ses antécédents judiciaires, « il ne veut pas comprendre ce que la justice et la société attendent de lui, dès lors, on doit avoir une logique dans notre réponse pénale ». Il requiert une peine de 10 mois d’emprisonnement ferme avec maintien en détention.

Cinq mois de prison

Du côté de la défense, si l’avocate du prévenu reconnaît que cette énième récidive est « désagréable », elle soutient que son client a entamé des démarches pour cesser ce parcours de délinquance routière et estime que ce dernier doit avant tout être soutenu dans cette résolution. Elle ne s’oppose pas à une peine d’emprisonnement ferme mais demande que son client puisse effectuer cette peine sous la forme d’une détention à domicile sous surveillance électronique.

Le tribunal déclare Mohamed coupable des faits reprochés et le condamne à la peine de 10 mois d’emprisonnement dont cinq mois assorti d’un sursis probatoire pendant deux ans avec exécution provisoire comprenant une obligation de soins en lien avec le cannabis, de travailler et de se présenter aux épreuves du permis de conduire. Mohamed exécutera la partie ferme de l’emprisonnement à domicile, sous bracelet électronique.**

*Le prénom a été modifié.

** Cette peine est susceptible d’appel. Toute personne est présumée innocente tant que toutes les voies de recours n’ont pas été épuisées.

De notre correspondant Frédéric Bernard

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre 76actu dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

window._nli=window._nli||[],window._nli.push([« brand », »BNLI-1380″]),function(){var n,e,i=window._nli||(window._nli=[]);i.loaded||((n=document.createElement(« script »)).defer=!0,n.src= »

!function(f,b,e,v,n,t,s)
if(f.fbq)return;n=f.fbq=function()n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments);
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.defer=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)(window, document,’script’,

fbq(‘init’, ‘183114723670867’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

Bibliographie :

Appel à la justice de l’État/Préface,(la couverture) .

Liens dangereux,A voir et à lire. .

Petit traité d’argumentation judiciaire : 2009-2010,Le livre .

Catégories
Justice:

Revue de presse web : Propos de François Legault | « C’est inacceptable », dit l’ancien avocat d’Abdulla Shaikh

Voici le plus substantiel d’un éditorial que notre équipe vient de identifier sur le web. Le thème va véritablement vous plaire. Car la thématique est « la justice ».

Son titre suggestif (Propos de François Legault | « C’est inacceptable », dit l’ancien avocat d’Abdulla Shaikh) est évocateur.

Sachez que le rédacteur (présenté sous la signature d’anonymat
) est connu et fiable pour plusieurs autres textes qu’il a publiés sur internet.

La fiabilité est ainsi élevée concernant ce post.

Texte dont il s’agit :

« C’est odieux de la part d’un premier ministre. » L’ancien avocat de l’auteur présumé du triple homicide survenu à Montréal et à Laval condamne les propos « inacceptables » tenus par François Legault à la suite de la mort d’Abdulla Shaikh, abattu par la police.

Publié hier à 20h39

Léa Carrier

Léa Carrier
La Presse

Vendredi, le premier ministre s’était demandé pourquoi Abdulla Shaikh avait « été relâché » alors qu’il était « déjà ciblé » par des accusations et qu’il avait des problèmes de santé mentale.

« Je suis content qu’on soit débarrassé de cet individu-là », avait-il déclaré au lendemain de la mort du suspect, abattu par la police dans un motel de l’arrondissement de Saint-Laurent.

« Le sang m’a fait trois tours quand j’ai entendu ça. J’étais abasourdi. C’est inacceptable », s’est tout de suite insurgé l’ancien avocat d’Abdulla Shaikh, MFrançois Legault, qui a le même nom que le premier ministre.

« Même les pires criminels » ont « le droit de subir un procès juste et équitable, de présenter un moyen de défense et d’être défendus », rappelle MLegault en entrevue avec La Presse.

« S’il y a quelque chose dont on ne doit pas se débarrasser, c’est bien les règles de droit », souligne celui qui a été procureur de la Couronne pendant 35 ans.

Selon MLegault, ce genre de propos peut aussi être « très stigmatisant pour les personnes qui souffrent de troubles mentaux ». « Ce n’est vraiment pas la chose à dire, et là, je mesure mes propos », dénonce l’avocat.

Rappelons qu’Abdulla Shaikh avait un diagnostic de schizophrénie et de traits de personnalité narcissiques et antisociaux, selon les documents judiciaires. En 2016, il avait été accusé entre autres d’agression sexuelle et d’agression armée. Son procès était prévu en janvier prochain, à Laval.

Dans une autre affaire de méfaits en 2018, il avait été reconnu comme non criminellement responsable. Il était depuis suivi en psychiatrie et avait été hospitalisé jusqu’en 2021.

Son état demandait une révision annuelle de la Commission d’examen des troubles mentaux, dont la dernière avait été effectuée en mars 2022.

Un autre commentaire dérangeant

Devant les médias, le premier ministre s’était aussi dit « content » du travail fait par les policiers, « qui ont agi rapidement ». Un commentaire qui a aussi fait sursauter MFrançois Legault, car l’opération policière fait actuellement l’objet d’une enquête du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI).

« L’opinion du premier ministre ne doit pas primer sur le travail des policiers qui vont être appelés à enquêter. Ça met quand même une pression sur les enquêteurs du BEI », dit-il.

Tant que toute la lumière n’aura pas été faite sur les circonstances entourant la mort d’Abdulla Shaikh, qui aurait tiré vers les policiers avant d’être tué, l’avocat se réservera de commenter l’opération policière.

« Mais j’ai le droit de me poser des questions. Qu’est-ce qui a précédé ça ? Est-ce qu’on a pris toutes les mesures ? Est-ce qu’il y avait des gens de l’urgence psychosociale présents sur place ? », soulève-t-il. « Avant de dire que les policiers ont bien agi, attendons de voir ce que l’enquête va révéler », conclut l’avocat.

La plus récente victime de cette série d’homicides qui a secoué la métropole est Alex Lévis Crevier, un Lavallois de 22 ans. Il se déplaçait en planche à roulettes dans le quartier de Laval-des-Rapides quand sont survenus les tirs. Il aurait été ciblé au hasard. Deux hommes avaient été tués à une heure d’intervalle mardi soir. La première victime est André Fernand Lemieux, un homme de 64 ans, père du boxeur québécois David Lemieux.

Une heure plus tard, les agents ont retrouvé un homme gisant sur le sol, blessé par balle, à environ trois kilomètres du premier assassinat. Mohamed Salah Belhaj, agent d’intervention de l’hôpital en santé mentale Albert-Prévost, âgé de 48 ans, avait également succombé à ses blessures.

Comme plusieurs experts, MLegault espère que cette tragique affaire mette en lumière les failles du système. « Le suivi, c’est la clé. Autant à l’hôpital psychiatrique qu’à l’externe. Ça prend sans doute plus d’intervenants », croit-il.

Avec Henri Ouellette-Vézina, La Presse

Ce propos correspond à vos investigations vous apprécierez tout autant ces livres:

Étude historique sur l’organisation de la justice dans l’antiquité et les temps modernes/01,(la couverture) .

Le crime international et la justice,Le livre .

Photographie/Personnalités/M/Charles Marville,Clicker Ici .

Catégories
Justice:

Sur internet : l’avocat malien de Kassory réagit à son interdiction de plaider en Guinée – Guinéenews©

Ce post, dont la thématique est « la justice », a été découvert sur internet, notre équipe est heureuse de vous en proposer le contenu principal plus bas.

Son titre séduisant (l’avocat malien de Kassory réagit à son interdiction de plaider en Guinée – Guinéenews©) est sans confusion.

Sachez que le journaliste (identifié sous la signature d’anonymat
) est connu et fiable.

Il n’y a aucune raison de ne pas croire de la fiabilité de ces révélations.

Voici ll’article :



Justice: l’avocat malien de Kassory réagit à son interdiction de plaider en Guinée – Guinéenews©

































function appendFbScript() {
var js, id = ‘facebook-jssdk’,
fjs = document.getElementsByTagName(‘script’)[0];

if (document.getElementById(id)) return;
js = document.createElement(‘script’);
js.id = id;
js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&appId=891247288336450&version=v2.0 »;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);

window.fbAsyncInit = function ()
FB.init(
appId: ‘891247288336450’,
xfbml: true,
version: ‘v2.0’
);
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, function (comment_data)
console.log(comment_data);
update_comments_count();
);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, function (comment_data)
update_comments_count();
);

function update_comments_count(comment_data, comment_action)
jQuery.ajax(
type: ‘GET’,
dataType: ‘json’,
url: ‘
data:
action: ‘clear_better_facebook_comments’,
post_id: ‘119110’
,
success: function (data)
// todo sync comments count here! data have the counts
,
error: function (i, b)
// todo

)
;
;

appendFbScript();
}

appendFbScript();

})();

A lire sur un propos analogue:

Droit des sociétés/La disparition par voie de dissolution,Le livre .

Le Droit international,Clicker Ici .

Photographie/Personnalités/K/Alberto Korda,Le livre .

Catégories
Justice:

Revue de presse internet : ‘’Ghannouchi lutte contre le Terrorisme depuis 40 ans, ‘’selon son avocat

Revue-de-presse-internet-‘Ghannouchi-lutte-contre-le-Terrorisme

Voilà qui va vous ravir : Un nouvel article que nous venons de trouver sur internet et que nous vous reproduisons ci-dessous. La thématique est « la justice ».

Le titre séduisant (‘’Ghannouchi lutte contre le Terrorisme depuis 40 ans, ‘’selon son avocat) est sans détour.

Le journaliste (annoncé sous le nom d’anonymat
) est connu et fiable pour plusieurs autres textes qu’il a publiés sur le web.

La fiabilité est de ce fait importante en ce qui concerne cet encart.

Le post a été édité à une date mentionnée 2022-08-04 03:10:00.

Texte dont il s’agit :

‘’Ghannouchi lutte contre le Terrorisme depuis 40 ans, ‘’selon son avocat


Sami Triki l’avocat et conseiller politique du président du Mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi a exprimé sa surprise face à l’enquête prise contre son client devant l’une des équipes de la caserne de la Garde nationale à Al-Aouina.

 ‘’Ghannouchi lutte contre le Terrorisme depuis 40 ans, ‘’selon son avocat


Selon lui, il s’agit d’une affaire suspecte car la plainte était déposée depuis février et a été déplacée aujourd’hui après les positions de Rached Ghannouchi sur le « coup d’Etat ».


L’avocat a estimé que cette dernière plainte déposée par l’une des forces de sécurité était drôle et ridicule.


Et d’ajouter : »Ghannouchi est connu pour lutter contre le terrorisme depuis 40 ans. Aujourd’hui, il est accusé de problèmes de terrorisme et de blanchiment d’argent ?! »


Notons que Ghannouchi a comparu mercredi 3 août 2022, devant l’Unité centrale de la Garde nationale à l’Aouina, pour avoir qualifié les sécuritaires de « Taghout », a annoncé le mouvement islamiste Ennahdha dans un communiqué.


Lors de l’enterrement du membre du conseil de la Choura du mouvement et ancien directeur du bureau d’Al Jazeera Mubasher en Tunisie, Farhat Laâbar, Ghannouchi avait dit que le défunt était courageux et ne craignait pas le « Taghout ».

 

Publications:

De la justice dans la Révolution et dans l’Église/Cinquième Étude,Clicker Ici . Disponible dans toutes les bonnes bibliothèques de votre département.

La fonction réparatrice de la répression pénale,Clicker Ici . Disponible dans toutes les bonnes bibliothèques de votre département.

Omar m’a tuer,Ouvrage . A emprunter en bibliothèque.

Catégories
Justice:

Ceci se propage sur internet : Carcassonne : une dernière chance donnée par le tribunal pour l’incorrigible chauffard

En visitant internet j’ai découvert un texte qui va vous ravir. Sa thématique est « la justice ».

Le titre (Carcassonne : une dernière chance donnée par le tribunal pour l’incorrigible chauffard) est évocateur.

Sachez que l’auteur (identifié sous le nom d’anonymat
) est connu et fiable.

Vous pouvez prendre connaissance de ces informations en toute sécurité.

Sachez que la date d’édition est 2022-08-01 11:16:00.

Ce lundi 1er août, un Carcassonnais âgé de 42 ans a comparu devant le tribunal pour de nouvelles infractions routières, commises sur la commune de Salsigne, samedi matin. Reconnu coupable, il a écopé d’une peine mixte dont une petite partie ferme.

Après une nuit passée à la maison d’arrêt, c’est sous escorte policière que Nicolas est arrivé à la barre du tribunal pour être jugé en comparution immédiate. À ce Carcassonnais âgé de 42 ans, il était reproché une « conduite sous l’empire d’un état alcoolique », doublée d’une « conduite sans permis ». Le tout en état de récidive légale, pour avoir déjà été condamné pour des faits similaires par le tribunal correctionnel de Carcassonne, le 25 janvier 2021.

Ce soir-là, j’ai bu alors que ça faisait cinq mois que je n’avais pas touché à l’alcool.

Les faits cette fois-ci reprochés ont eu lieu le samedi 30 juillet à Salsigne. Ce jour-là à 10 h 40, ce sont les gendarmes du Cuxac-Cabardès qui interceptent le véhicule BMW conduit par le prévenu pour un simple contrôle. Spontanément, ce dernier va ainsi déclarer ne pas être titulaire du permis de conduire. Il ne l’a d’ailleurs jamais passé. Soumis à un dépistage d’alcool, c’est ensuite un taux de 0,64 mg par litre d’air expiré dans l’éthylomètre qui sera révélé par le mis en cause.

Coopératif avec les forces de l’ordre, Nicolas va ainsi indiquer avoir bu cinq ou six verres de vin au restaurant la veille, avant de poursuivre avec la consommation de quinze demis de bières durant le concert donné sur la place Carnot à Carcassonne, pour finir avec un verre de gin dans un bar. « Ce soir-là, j’ai bu alors que ça faisait cinq mois que je n’avais pas touché à l’alcool », a déclaré le prévenu au tribunal. Et pour cause : l’homme a notamment une obligation de se soigner contre l’alcool, après une condamnation à six mois de prison assortis d’un sursis probatoire prononcé par le tribunal de Perpignan pour une conduite sans permis, le 8 février dernier.

Il n’a pas les armes pour vivre une incarcération.

Pour le substitut du procureur, le prévenu « se moque des avertissements judiciaires et n’est pas investi dans les soins qu’il doit suivre… » Conscient de l’électrochoc d’une première nuit passée en détention provisoire, le représentant du parquet n’a pas jugé bon de maintenir le prévenu en prison, mais a requis à son encontre une peine de 8 mois de prison qui pourra être aménagée par le juge d’application des peines : « Je ne suis pas certain que sa place soir en prison ! » À la défense du prévenu, Me Caroline Feckrache a souscrit à la proposition du ministère public, au regard de la personnalité « extrêmement sensible de son client. Il n’a pas les armes pour vivre une incarcération. Décerner un mandat de dépôt aujourd’hui serait disproportionné ! »

À l’issue de son délibéré, le tribunal présidé par Max Gazan a finalement condamné Nicolas à la peine de 12 mois de prison, dont 11 assortis d’un sursis probatoire renforcé avec des obligations de soins et de travail. Le maintien en détention a été ordonné pour la partie ferme.

Publications:

Dangereuses intentions,Le livre . Ouvrage de référence.

La protection des décideurs publics face au pénal,Clicker Ici . Disponible dans toutes les bonnes bibliothèques de votre département.

Pour lire Platon/Version imprimable,Le livre .

Catégories
Justice:

Relecture de l’édito : Haute-Saône Pesticides : le maire les interdit à proximité de la source, il est attaqué au tribunal

A voir, ce post sur internet dont la thématique est « la justice » et qui est susceptible de vous plaire.

Le titre (Haute-Saône Pesticides : le maire les interdit à proximité de la source, il est attaqué au tribunal) est sans équivoque.

Présenté sous la signature «d’anonymat
», le rédacteur est reconnu comme quelqu’un de sérieux.

Vous pouvez par conséquent vous fier aux infos qu’il diffuse.

Voilà lle « papier » dont il s’agit :

Son combat, dit-il, n’est pas contre les agriculteurs. Après deux analyses ayant révélé la présence de pesticides à la source qui alimente 1 260 personnes, le maire de Confracourt a pris un arrêté int …

Bibliographie :

Finances locales/Les procédures se rapportant à l’exécution des budgets locaux,Le livre .

Les procédures alternatives aux poursuites : une autre justice pénale,A voir et à lire. . Disponible sur internet.

Une tragédie américaine,Le livre .

Catégories
Justice:

Dernière actu pour les passionnés : Un avocat volé et un médecin violé à Koléa (Tipaza)!

Voilà un post que nous sommes heureux de livrer ici sur notre blog. La thématique est « la justice ».
Le titre (Un avocat volé et un médecin violé à Koléa (Tipaza)!) en dit long.

Présenté sous le nom «d’anonymat
», le pigiste est positivement connu.

Il n’y a aucune raison de ne pas croire de la fiabilité de ces révélations.

Sachez que la date de parution est 2022-07-25 19:00:00.

Un nouveau genre de malfaiteurs a fait son apparition dans la sympathique ville de Koléa, qui fait partie de la grande wilaya de Tipaza, au centre du pays.

En effet, il y a, à la «citadelle», un cabinet d’avocats, composé du père, Me Radhouane Nouas, et de ses deux grands enfants, Me Mahdi et Me Abdelghani Nouas. Il y a quelque temps, par une chaude matinée, le cadet, Me Abdelghani Nouas se trouvait dans le cabinet quand entra un élégant jeune homme blond, à la recherche d’un «bon» défenseur.

Le jeune conseil lui demanda d’attendre son tour dans la salle d’attente, pour être entendu, et probablement, satisfait! Le cabinet était vaste, et il n’y avait pas beaucoup de monde. À un moment donné, l’avoca, quitta pour deux minutes, son bureau. Au retour, il surprit le visiteur blond, dans le cabinet. Il le pria de regagner la salle d’attente, et de ne plus, en cas d’absence, remettre les pieds au bureau! Dans la minute qui suivit le départ précipité, Me Nouas s’aperçut de la disparition d’une importante somme d’argent. Comme la sûreté de daïra se trouvait à quelques pas du cabinet, le jeune avocat alla y déposer plainte en fournissant des détails qui feront que, vite, les policiers sauront de qui il s’agissait. Mieux! À la sortie, à la suite d’un coup de fil d’une voisine médecin, il était sûr qu’il s’agissait de la même personne, tant la description était la même!

En effet, malfaiteur – voyou avait tenté, en vain, d’abuser de la femme, quelques jours auparavant, après s’être introduit au cabinet pour, une consultation. Les cris désespérés de la victime, font fuir le suspect. Cet homme était dangereux, et il fallait le stopper immédiatement. C’est ce que feront les flics, grâce à son oeil déformé. Il sera interpellé, entendu par le procureur, puis le juge d’instruction, qui l’envoya devant la section pénale! Il sera jugé le 02 août 2022, c’est-à-dire mardi prochain, par le tribunal correctionnel de Koléa (cour de Tipaza). Affaire à suivre!

Bibliographie :

De la justice dans la Révolution et dans l’Église/Prologue,Ouvrage .

Japonais/Vocabulaire/Justice,Clicker Ici .

Petit traité d’argumentation judiciaire : 2009-2010,Le livre . Ouvrage de référence.