Catégories
Justice:

Pour vous ce texte : Le visage en sang et tuméfié, une jeune cambrioleuse est jugée au tribunal de Chartres

Voilà un encart que je suis heureux de livrer ici sur notre blog. La thématique est « la justice ».
Le titre (Le visage en sang et tuméfié, une jeune cambrioleuse est jugée au tribunal de Chartres) en dit long.

L’éditorialiste (annoncé sous la signature d’anonymat
) est positivement connu.

La crédibilité est en conséquence impérieuse concernant cet éditorial.

L’article original :

À voir son visage tuméfié, la jeune femme se souviendra certainement longtemps du cambriolage pour lequel elle a été jugée et condamnée, à la barre du tribunal judiciaire de Chartres.

Dans le box des comparutions immédiates, elle affiche un énorme hématome à l’œil gauche et des griffures sur le visage. Son état a semble-t-il surpris l’avocat qui l’a assisté au cours de sa garde à vue. « C’était poignant de la voir autant ensanglantée », déclare, à l’audience, Me Dominique Jugieau.

Publications:

Des conspirations et de la justice politique/I,Ouvrage .

Les Écrivains/La littérature en justice,Le livre .

Sociologie des institutions/Les institutions administratives/La sociologie du conseil d’état,Le livre .

Catégories
Justice:

Relecture de l’éditorial : Pierre Ménès se fait l’avocat de Neymar

Voilà qui va vous séduire : Un nouvel encart que nous venons de découvrir sur le web et que nous vous produisons ci-dessous. Le thème est « la justice ».

Son titre (Pierre Ménès se fait l’avocat de Neymar) est évocateur.

Annoncé sous la signature «d’anonymat
», l’auteur est reconnu comme quelqu’un de sérieux.

L’encart a été publié à une date indiquée 2023-02-21 07:22:00.

Selon Pierre Ménès, l’hygiène de vie de Neymar ne serait pas la principale explication à la répétition de ses blessures à la cheville.

Sorti sur civière dimanche lors de la rencontre entre le Paris Saint-Germain et Lille, Neymar souffre d’une entorse de la cheville droite, sans fracture. Un nouveau bilan ligamentaire doit permettre de déterminer la durée exacte de son indisponibilité. De nombreux observateurs ont pointé du doigt l’hygiène de vie douteuse du numéro 10 parisien pour expliquer la récurrence de ses blessures à la cheville. Selon Pierre Ménès, il ne s’agit pas de la bonne justification.

Lire aussi: Neymar, le PSG l’a mauvaise…

« Neymar subit un acharnement insensé. Il ne fait pas tout bien, il n’a pas toujours la bonne attitude, il est parfois très gamin, il veut être le sauveur de la nation, je suis d’accord. Sa cheville a été rafistolée, je ne sais comment par le Brésil, afin qu’il puisse rejouer à la Coupe du Monde. Il a mal à la cheville, qui a une faiblesse. Elle a encore tourné contre Lille, mais elle n’a pas tourné toute seule ! Ce n’est pas comme sa fracture du métatarse contre Marseille il y a quelques années », a commenté le journaliste dans une vidéo postée sur sa chaîne YouTube.

« Là, il y a un coup de Benjamin André. Mettre ça sur le dos du poker, je ne vois pas en quoi c’est une mauvaise hygiène de vie. Sur le match, il a fait but et passe décisive. Il revenait bien. On espère que ce sera une brève absence, car comme l’a noté Mbappé en fin de match, c’est lui qui lui donne les meilleurs ballons dans cette équipe », conclut l’ancienne figure du Canal Football Club. Un avis que ne partage pas son confrère Daniel Riolo. 

Vous aimerez aussi:

Enseignement de l’allemand/Vocabulaire allemand/La justice,Ouvrage . A emprunter en bibliothèque.

La Justice/Veille X,Le livre .

Une question de justice,(la couverture) .

Catégories
Justice:

A connaître ce papier : Journée de la justice sociale : l’ONU appelle à réduire les inégalités

En explorant le web nous avons découvert un encart qui risque de vous interpeller. Sa thématique est « la justice ».

Son titre suggestif (Journée de la justice sociale : l’ONU appelle à réduire les inégalités) est sans équivoque.

Identifié sous la signature «d’anonymat
», le pigiste est positivement connu pour plusieurs autres éditoriaux qu’il a publiés sur le web.

La date de parution est 2023-02-20 15:53:00.

Texte :

La justice sociale est fondée sur l’égalité des droits pour tous les peuples et la possibilité pour tous les êtres humains sans discrimination de bénéficier du progrès économique et social partout dans le monde.

Promouvoir la justice sociale ne consiste pas simplement à augmenter les revenus et à créer des emplois. C’est aussi une question de droits, de dignité et de liberté d’expression pour les travailleurs et les travailleuses, ainsi que d’autonomie économique, sociale et politique.

Le thème de la journée cette année est « Surmonter les obstacles et libérer les opportunités pour la justice sociale ».

Développer des politiques plus justes et plus équilibrées

Le progrès social doit être au centre de l’attention, a déclaré la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed, qui a plaidé en faveur de politiques susceptibles d’entraîner des changements significatifs pour des millions de personnes actuellement en difficulté. 

« Nous devons développer des politiques plus justes et plus équilibrées », a affirmé Mme Mohammed dans un message vidéo. « Ce qui est également nécessaire, c’est un dialogue social plus approfondi avec les acteurs de l’économie réelle ». 

Elle a rappelé que « partout dans le monde, les gens luttent pour se remettre des retombées socio-économiques de la pandémie de COVID-19, qui a dévasté des vies et creusé les inégalités », inversant les progrès réalisés au cours des deux dernières décennies.  

Mais, même avant le début de la pandémie en 2020, a souligné la Vice-Secrétaire générale, beaucoup trop de personnes étaient obligées de gagner leur vie avec moins de 2,00 dollars par jour, sans droits ni protection sociale et avec peu de perspectives d’un avenir meilleur. 

« Lorsqu’il y a un déséquilibre entre la croissance économique et la politique sociale, l’instabilité politique et les troubles s’ensuivent souvent », a-t-elle dit. « C’est pourquoi nous avons besoin d’une convergence plus étroite entre les cadres sociaux et normatifs de l’ONU et les politiques menées par les institutions financières internationales ». 

Recul du progrès social

Dans un message, le Directeur général de l’Organisation internationale du Travail (OIT), Gilbert F. Houngbo, a également observé que l’impact de la COVID-19, combiné aux bouleversements géopolitiques, la crise économique et les catastrophes naturelles, ont fait reculer le progrès social.

« Quand on regarde les tendances actuelles du marché du travail, le tableau est sombre. La croissance mondiale de l’emploi ne sera que de 1% en 2023, soit moins de la moitié du niveau de 2022. Plus de 200 millions de travailleurs vivent dans la pauvreté absolue. Les entreprises, en particulier les petites et les microentreprises, ont été durement touchées », a-t-il noté.

Selon lui, ce dont le monde a besoin aujourd’hui, c’est d’une « dose forte et durable de justice sociale, qui est la clé de sociétés équitables et pacifiques ».

À cette fin, et pour promouvoir le travail décent tel que l’accès à l’emploi, les droits au travail, la protection sociale et le dialogue social, l’OIT entend lancer, avec des partenaires en 2023, une coalition mondiale pour la justice sociale.

« Nous voulons créer une dynamique mondiale et favoriser le partenariat pour contribuer à la réduction et à la prévention des inégalités et faire en sorte que la justice sociale soit une priorité dans l’élaboration des politiques et des activités nationales et mondiales, dans la coopération au développement, et dans les accords financiers, commerciaux et d’investissement », a dit M. Houngbo.

Parutions:

Appel à la justice de l’État/Lettre au roi,A voir et à lire. .

La Justice/Veille IV,Le livre .

Manuel de procédure pénale,Le livre .

Catégories
Justice:

Regardez : l’avocat du second passager affirme que son client « n’a pas fui »

J’ai découvert un article sur le web dont le sujet est «la justice».

Son titre troublant (l’avocat du second passager affirme que son client « n’a pas fui ») est évocateur.

Identifié sous la signature «d’anonymat
», le rédacteur est reconnu comme quelqu’un de sérieux pour plusieurs autres éditoriaux qu’il a publiés sur le web.

La confiance est par conséquent majeure en ce qui concerne cet article.

Me Olivier Ang, avocat du deuxième passager, a répondu aux questions de BFMTV après le placement de son client sous le statut de témoin assisté.

« Il a fait tout ce qu’il a pu dans la mesure de ses moyens ». Me Olivier Ang, avocat de l’un des passagers à bord de la voiture de Pierre Palmade lors de son accident le 10 février, a témoigné sur BFMTV alors que son client a été placé sous le statut de témoin assisté ce vendredi soir.

Le deuxième passager, âgé de 34 ans, présente « un profil tout à fait normal » selon son avocat: « il a un travail et pas de difficultés particulières ». Entretenant une « relation amicale » avec le comédien, il était conscient au moment de l’accident survenu vendredi dernier.

« Il a la chance de ne pas avoir été blessé », a souligné Me Olivier Ang, précisant qu’il a, lui aussi, été « victime » de cet accident.

« Il n’a pas commis d’infraction »

Recherchés pendant plusieurs jours par les forces de l’ordre, les deux passagers ont finalement été placés en garde à vue mercredi avant d’être tous deux placés sous le statut de témoin assisté ce vendredi soir.

« Est-ce que vous êtes responsable l’accident quand vous n’êtes pas au volant? Non, donc vous avez le droit de partir », a expliqué Me Olivier Ang pour défendre son client, précisant que des personnes « du corps médical » se sont présentées et ont porté secours aux victimes de l’accident.

« Je ne vois pas ce que mon client aurait pu faire de plus […] Il n’est pas médecin », a ajouté l’avocat du second passager. « Il n’a pas fui et n’a pas commis d »infraction ».

« Il n’a pas compris ce qui s’est passé, il n’y a pas eu un événement qui a entraîné quoi que ce soit […] laissant penser que l’accident a une cause particulière », a-t-il ajouté sur notre antenne.

« Il s’est réfugié seul »

Me Olivier Ang, qui a également assuré sur notre antenne que son client n’a pas consommé de cocaïne avant l’accident de vendredi, a donné des explications sur le choix de son client à ne pas se rendre immédiatement auprès des gendarmes.

« Le tapage médiatique l’a fait un peu peur […] Il avait peur que la machine judiciaire s’emballe, il était un peu sidéré par la situation », a déclaré l’avocat sur BFMTV.

« Il s’est réfugié seul et ensuite il a pris attache avec ses proches qui ont pris la décision de m’appeler et de prendre rendez-vous », a poursuivi Me Olivier Ang, qui affirme que son client est « très choqué par les conséquences » de l’accident et pense d’abord aux victimes.

Pierre Palmade a été mis en examen pour homicide involontaire et blessures involontaires ce vendredi et assigné au service d’addictologie de l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV

Ce objet vous a fasciné vous apprécierez également ces ouvrages:

Appel à la justice de l’État/Lettre au prince de Galles,Clicker Ici . Disponible dans toutes les bonnes bibliothèques de votre département.

La Justice/Dédicace,Ouvrage .

Philosophie/Morale,Le livre .

Catégories
Justice:

A lire : Tribunal spécial sur l’Ukraine, confiscation d’avoirs russes: l’UE procède « par étapes »

Je viens de prendre connaissance de cet éditorial sur la thématique « la justice ». Avec régal nous vous en révélons l’essentiel dans cette publication.

Le titre troublant (Tribunal spécial sur l’Ukraine, confiscation d’avoirs russes: l’UE procède « par étapes ») est sans confusion.

Sachez que l’écrivain (identifié sous le nom d’anonymat
) est reconnu comme quelqu’un de sérieux pour plusieurs autres éditoriaux qu’il a publiés sur internet.

Cet éditorial peut de ce fait être pris au sérieux.

L’encart a été divulgué à une date notée 2023-02-17 07:33:00.

Tribunal spécial sur l’Ukraine, confiscation d’avoirs russes gelés: l’Union européenne a défendu vendredi une démarche « par étapes » sur ces deux demandes de Kiev qui soulèvent des questions juridiques …

Ouvrages sur un thème proche:

De la justice dans la Révolution et dans l’Église/Deuxième Étude,A voir et à lire. .

Langue des signes française/Justice,(la couverture) .

Voies d’exécution et procédures de distribution 2009,Clicker Ici .

Catégories
Justice:

Que retenir de ce papier : Justice. La cour criminelle départementale siègera-t-elle bientôt en Sarthe ?

Dans le cadre de notre devoir de vous informer, nous publions ci-dessous un article vu sur internet aujourd’hui. La thématique est «la justice».

Son titre suggestif (Justice. La cour criminelle départementale siègera-t-elle bientôt en Sarthe ?) est évocateur.

Identifié sous la signature «d’anonymat
», le pigiste est positivement connu.

Il n’y a pas de raison de douter de la fiabilité de ces infos.

La date d’édition est 2023-02-15 09:23:00.

La cour criminelle départementale, c’est quoi ?

La cour criminelle départementale est une nouvelle instance judiciaire, créée par le législateur, pour juger les crimes dont la peine encourue est inférieure ou égale à 20 ans de réclusion criminelle pour des accusés majeurs non récidivistes.

Elle …

 

Ce objet correspond à vos demandes vous aimerez beaucoup ces parutions:

Faut-il durcir la justice ?,Ouvrage .

L’enfant et son juge : la justice des mineurs au quotidien,Clicker Ici .

Paroles d’enfants paroles de juges,(la couverture) . Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

Catégories
Justice:

Ceci se propage sur internet : Families kept hope alive in quest for justice

Voilà qui va vous intéresser : Un nouveau post que je viens de identifier sur le web et que nous vous produisons ci-dessous. La thématique est « la justice ».

Le titre (Families kept hope alive in quest for justice) est sans détour.

Annoncé sous le nom «d’anonymat
», le journaliste est connu et fiable.

La confiance est ainsi forte concernant ce texte.

The character “Red” in the 1994 prison film “The Shawshank Redemption” observed all it really takes for something to change is time and pressure.

Both were driving forces in the arrest last week of the suspected killer in a pair of 42-year-old cold cases. Tony Garcia, 68, of Oxnard, was booked without bail for the strangulation deaths of Rachel Zendejas of Camarillo and Lisa Gondek of Oxnard.

Rachel died in January 1981; Lisa, in December of that year. Both were in their early 20s. A single mom of two young daughters, Rachel was studying at Oxnard College. A Connecticut girl, Lisa fell in love with California and was establishing a life here.

Time brought advances in DNA technology, handing investigators new tools when leads went cold. It wasn’t until 2004 that genetic evidence linked Rachel and Lisa’s murders which were investigated by different agencies that hadn’t compared notes. And genetic genealogy — the same science that nailed the Golden State Killer in 2018 — led detectives to Garcia’s doorstep.

Victims’ grieving families brought the pressure. As a former Star columnist, I followed Rachel’s brother, Roy Rodriguez, and Lisa’s mother, Gloria Maynard, over the last 20 years of their heartbreaking quest for justice.

Now 64 and semi-retired, Roy is a soft-spoken gentle soul, not a guy who’d get in anyone’s face. But annually on the Jan. 18 anniversary of his sister’s murder he found the strength to ask the status of her case to a revolving roster of detectives. The day the Golden State Killer was captured in 2018, Roy walked into the Ventura County Sheriff’s cold case unit and asked that the same DNA tools be applied to Rachel and Lisa’s case. Several months later the case was reopened.

After Roy’s parents died never knowing Rachel’s assailant, his determination was renewed. “I am alive for this. It is my purpose to get this thing solved for Rachel,” he said.

When the Oxnard Police Department told Gloria in the early 2000s they were too short-staffed to further investigate Lisa’s homicide, she found a team of experienced investigators who would work the case for free. She even had famed forensic scientist Henry Lee ready to dig in. This help was declined, Gloria told me.

Garcia’s arrest answered the victims’ families’ prayers, and it also raised questions. In another similarity to the Golden State Killer, Garcia had been “hiding in plain sight,” as Ventura County Sheriff Jim Fryhoff noted.

How did Garcia walk free, even as articles about the case appeared in local news media and a reward was offered? A 1981 police sketch of a man seen dancing with Rachel the night she was raped and killed bears a strong resemblance to Garcia.

And was Lisa Gondek’s attack his last? Did others precede it? Law enforcement is open to the possibility of other victims and is asking the public to report similar crimes.

Do serial killers stop? Lisa’s body was found posed provocatively in a bathtub with fires set in her apartment to destroy evidence. Her killer likely pocketed her driver’s license — classic serial predator behavior. The crime scene suggests he was in the express lane to criminal infamy, not the off-ramp.

Roy was looking for answers at the Ventura County Hall of Justice on Thursday. He thought he’d see Garcia in the cage in Courtroom 13 where suspects make their first appearance before a judge. As Roy knows too well, justice can be stingy and slow. Instead, Garcia appeared on a Zoom screen, projected on the courtroom wall. And even then the accused killer was mostly obscured, his eyes framed in a narrow slit.

It felt good to sit next to Roy in court and to speak by phone earlier that day with Gloria Maynard, now in her 80s. I had spoken with them often over the preceding 20 years, wondering if this day would ever really come.

A long journalism career is not unlike a natural disaster. You witness the best and worst of human beings. Usually simultaneously. You cover the aftermath of sickening, senseless murders. And you get to know inspiring families who fight — against all odds and every obstacle — to bring their loved ones’ killers to justice.

Yes, time and pressure are powerful. But an equal or perhaps greater factor is hope.

With Roy and Gloria, when it seemed despair should have swamped their hope, they pulled it gasping from the depths with courage those of us who have never been tested this way could only begin to understand.

Collen Cason was a longtime columnist for the Ventura County Star and followed the families’ search for their loved ones’ killer. Email her at casonpoint101@gmail.com.

This article originally appeared on Ventura County Star: Colleen Cason: Families kept hope alive in quest for justice

Ce sujet répond à vos interrogations vous adorerez aussi ces parutions:

Bébé Bleu,Le livre .

Justice aux États-Unis,(la couverture) .

Photographie/Personnalités/A/Ernest Charles Eugène Appert,Clicker Ici .

Catégories
Justice:

Relecture de l’article : Qatargate: Marc Tarabella continue à «clamer son innocence», selon son avocat

Voilà un nouvel éditorial qui va grossir notre revue de presse sur « la justice ».

Le titre suggestif (Qatargate: Marc Tarabella continue à «clamer son innocence», selon son avocat) est sans ambiguïté.

Présenté sous le nom «d’anonymat
», le rédacteur est positivement connu.

La confiance est en conséquence sérieuse en ce qui concerne ce texte.

Sachez que la date de parution est 2023-02-11 06:01:37.

L’article :

L’audition, en elle-même s’est bien passée. Marc Tarabella a répondu à toutes les questions des enquêteurs en toute franchise et dans un climat serein », indique l’avocat de l’eurodéputé inculpé …

Parutions sur le même thème:

Appel à la justice de l’État/Lettre circulaire,Le livre .

L’Économie politique et la justice,Ouvrage . A emprunter en bibliothèque.

Photographie/Personnalités/C/Hippolyte-Auguste Collard,Le livre .

Catégories
Justice:

Edito tout frais : Fighting for justice might start in the ground

1676065460_Edito-tout-frais-Fighting-for-justice-might-start-in

En consultant internet notre équipe a vu un éditorial qui va vous plaire. Sa thématique est « la justice ».

Son titre suggestif (Fighting for justice might start in the ground) parle de lui-même.

Sachez que le journaliste (annoncé sous la signature d’anonymat
) est positivement connu pour plusieurs autres posts qu’il a publiés sur internet.

Vous pouvez donc donner du crédit à cette actualité.

La date de parution est 2023-02-10 14:12:00.

IE 11 is not supported. For an optimal experience visit our site on another browser.

  • Now Playing

    Fighting for justice might start in the ground

    03:14

  • UP NEXT

    Russia launches new wave of strikes in Ukraine

    03:09

  • FBI piece together debris from suspected Chinese spy balloon

    06:05

  • Former Vice President Pence subpoenaed by Jan. 6 special counsel

    05:45

  • Murder trial of Alex Murdaugh continues after courthouse bomb threat

    04:31

  • Senators to receive classified briefing on alleged Chinese spy balloon

    04:20

  • Biden to speak at University of Tampa following State of the Union address

    03:29

  • White Helmets volunteers ‘digging and digging for hours’ in search for earthquake survivors

    04:00

  • Biden touts administration’s accomplishments in State of the Union address

    07:31

  • How college students are reacting to Biden’s State of the Union

    04:04

  • Navy releases new images of Chinese spy balloon recovery off East Coast

    03:25

  • ‘We haven’t slept’ since powerful earthquake struck Turkey, UNICEF worker says

    03:28

  • ‘Safety and security’ among top issues for voters ahead of Biden’s State of the Union

    03:38

  • FBI foils alleged racially motivated plot to attack Baltimore’s power grid

    03:35

  • Rescue teams battle cold weather, dangerous conditions in Turkey and Syria

    03:46

  • Breaking down Biden’s economic agenda ahead of the State of the Union

    03:47

  • Biden prepares to deliver State of the Union address to a divided Congress

    04:28

  • Rescue teams dig through piles of rubble after two earthquakes in Turkey and Syria

    03:49

  • Doctor near earthquake epicenter says ‘the situation was very catastrophic’

    05:05

  • Turkey and Syria struck by 7.8 and 7.6-magnitude earthquakes

    05:07

Activist and farmer Eva Dickerson has spent her life thinking about food. Now she spends her time working to fight for better access to crops, farm space and food for everyone. NBC’s Maya Eaglin reports. 

Publications sur le même propos:

Et ce sera justice…,A voir et à lire. .

L’Art de l’enquête criminelle : À la recherche de la vérité, de la sécurité et de la justice,A voir et à lire. .

Quand la justice crée l’insécurité,Ouvrage .

Catégories
Justice:

Revue de presse internet : Justice project lawyer tells inquest state could have taken better care of Indigenous teen

Revue-de-presse-internet-Justice-project-lawyer-tells-inquest

Dans le cadre de notre fonction de vous informer, nous publions ci-dessous un éditorial vu sur internet il y a peu. Le sujet est «la justice».

Le titre (Justice project lawyer tells inquest state could have taken better care of Indigenous teen) est sans confusion.

Présenté sous la signature «d’anonymat
», l’éditorialiste est connu et fiable.

Il n’y a pas de raison de ne pas croire de la fiabilité de ces révélations.

Sachez que la date de publication est 2023-02-10 01:48:00.

Aboriginal and Torres Strait Islander readers are advised that this article contains images and names of people who have died.

The mother of a boy who died while in state care in 2018 has told a coronial inquest into his death that she wants the Department of Community and Justice held accountable for any failures in her son’s care.

George Joseph Charles Campbell’s body was found near parked cars not far from Wallaga Lake Koori Village, a day after he went missing on March 9, 2018.

He was 17.

A coronial inquest held in Batemans Bay Local Court heard the Dunghutti-Tharawal teenager had been in the legal parental custody of what was now the Department of Communities and Justice since the age of seven.

His mother Karen Campbell told the inquest her son meant the world to her.

« I will never hear him tell me he loves me, » she said.

Woman holding picture of her son in front of courthouse
Karen Campbell holds a picture of her son George.(ABC South East NSW: Alasdair Mcdonald)

Ms Campbell told the court she wanted answers, and for the department to be held accountable for any failures in her son’s care.

« I would like to see the department stop taking kids away, » she told the inquest.

The case has drawn the attention of the University of Technology Sydney’s National Justice Project, which supported George’s family during the inquest.

« The inquest heard that there were things that could have been done better in caring for George, listening to the concerns of family and supporting his connections with his family, » project lawyer Karina Hawtrey said.

« It was important that the family were heard directly by the Coroner on the last day of the inquest. »

Ms Campbell told the court the department did not advise her of her son’s death, which an autopsy found had a possible link to substance use, and she instead found out via social media.

Lawyer standing outside of a courthouse holding a picture of a boy
Karina Hawtrey holds a picture of George Campbell.(ABC South East NSW: Alasdair Mcdonald)

University of Sydney emeritus professor of social work and social justice Jude Irwin criticised the fact George had as many as six different caseworkers from the department, each of whom she thought did not spend enough time with him one-on-one to better understand his needs.

She told the court she was of the view his case planning was not transparent, there had been « very little » sharing of information between case workers, and his carers in the last two years of his life did not receive enough support.

She blamed high workloads and poor resourcing, and said that had meant children in and out of home care did not receive the care they required.

She told the court George’s caseworkers should have shown more curiosity in pursuing his alleged substance use.

The inquest heard from a witness who said he reported to the department about his concerns over the teenager’s use of volatile stimulants.

However, a department caseworker told the court he had no case notes suggesting anything about substance use.

Counsel assisting Deputy State Coroner Joan Baptie, Chris McGorey, told the court substance abuse had been the reason for George’s suspension from high school for five days.

The court heard George made two allegations he had been sexually abused during his time in state care, though they were never substantiated.

A caseworker told the court George was referred to sexual assault counselling.

George’s grandmother Lillian Fay Campbell told the court the department should have acted on claims of sexual abuse and drug use.

« George meant everything to me, » she said.

The Coroner’s office will hand down its findings on June 9 at Batemans Bay Local Court.

Ce propos correspond à vos questions vous adorerez aussi ces ouvrages:

Appel à la justice de l’État/Épitre au général Haldimand,(la couverture) .

Justice pour Cross,(la couverture) .

Pour lire Platon/Introduction par les mythes,Le livre . Ouvrage de référence.